www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de l’Eure (27)

Vous êtes actuellement : CAPD - CARRIERE  / Mouvement des instituteurs et professeurs des écoles 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
27 janvier 2015

COMPTE RENDU AUDIENCE MOUVEMENT ET TEMPS PARTIEL

A la demande des 3 organisations syndicales, (SNUipp, FO, SE) Monsieur le Directeur Académique nous a reçus jeudi 22 janvier en audience. 2 sujets ont été abordés : le mouvement et le projet de circulaire temps partiels.

Compte rendu audience DASEN du 22/01/15

Monologue social

A la demande des 3 organisations syndicales, (SNUipp, FO, SE) Monsieur le Directeur Académique nous a reçus jeudi 22 janvier en audience. 2 sujets ont été abordés : le mouvement et le projet de circulaire temps partiels.

MOUVEMENT :

Rétablissement des 2 phases avec 2 saisies de vœux : d’entrée, Monsieur le Directeur Académique s’est retranché derrière les textes ministériels et le report des opérations de carte scolaire au 29 mars pour cause d’élections départementales, pour justifier la restriction à une seule phase.

Nota : Le SNUipp/FSU s’était élevé immédiatement contre cette décision ministérielle de report de la carte scolaire en écrivant à Mme La ministre. Nous savions bien que les DASEN allaient sauter sur l’occasion. La preuve en est faite…

Vœux géographiques : malgré sa « déception devant les résultats des vœux géographiques », Monsieur le Directeur Académique estime qu’il s’agissait « d’une année de rodage » et qu’il fallait donner du temps à cette mesure pour couvrir l’ensemble du territoire. Dans les 2 cas, il a justifié d’une harmonisation avec le 76.

Devant l’entêtement du DASEN et face à l’impasse dans laquelle nous nous trouvions le SNUipp, pour atténuer l’effet négatif des vœux géographiques, a proposé que ceux-ci ne soient pris en compte qu’en un 2ème temps. Ainsi, ils n’interviendraient pas sur les vœux définitifs. L’Administration a pris note de cette proposition et va l’étudier.

Notre analyse : nous n’allons pas revenir sur les aspects négatifs et obscurs de la phase unique avec vœux géographiques qui font l’unanimité syndicale et professionnelle contre elle. Cependant 2 remarques s’imposent : l’harmonisation avec le 76 pose le problème de l’indépendance de notre département vis-à-vis des autorités rectorales. A quoi serviraient les CAPD si toutes les règles étaient unifiées sans tenir compte des spécificités locales ? Le but est-il d’ « académiser » les pouvoirs de décision ? la volonté de l’Administration de « couvrir l’ensemble du territoire » engendre implicitement la volonté de placer les collègues les plus chevronnés dans les territoires les moins attractifs et/ou les plus difficiles. Cette question est importante et ne doit pas être éludée. Mais ce débat doit être porté sur la place publique devant tous les collègues et le SNUipp/FSU y prendra toute sa place. Mais cela ne doit pas se faire en catimini en inversant subrepticement et unilatéralement les règles du mouvement.

TEMPS PARTIEL :

Là encore Monsieur le Directeur Académique s’est justifié de l’harmonisation des quotités sur le 76. Les trois organisations syndicales avaient revendiqué le droit au temps partiel à 80%. Il nous a été répondu que cela coûterait 9 ETP (Emploi Temps Plein) au département.

Notre analyse : pour le SNUipp/FSU, si cet argument est recevable, il met en lumière l’insuffisance des postes alloués à notre département (20 pour 131 élèves supplémentaires). Les quotités proposées allant de 75 à 81,25 % (rémunéré à 86,4%). dépendent donc de l’organisation de la semaine et ne sont qu’une déclinaison de la réforme des rythmes et de son renforcement des inégalités territoriales. Cela renforce la détermination du SNUipp/FSU à demander sa réécriture avec un cadrage national.

La demande du SNUipp de préciser dans la circulaire le salaire correspondant à la quotité n’a pas été retenue ni celle demandant l’étude du 80 % annualisé (rémunéré à 85,7%) .

Conclusion : Si nous avons été écoutés, force est de constater que nous n’avons pas été entendus. Nous nous sommes retrouvés devant un mur. L’Administration impose ses choix sans tenir compte des analyses des représentants du personnel. Preuve en est, la circulaire temps partiels datée du jour même de l’audience et envoyée aux écoles dès les premières heures du lendemain ! Il est fort dommageable pour l’ensemble de la profession que le dialogue social se transforme en monologue.

Le SNUipp-FSU avec la FSU appelle tous les collègues à être en grève le mardi 3 février, pour l’amélioration des conditions de travail, pour une revalorisation des salaires !

 

4 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 27 - 17 ter rue de la côte blanche - BP 611 - 27006 EVREUX cedex - tel. 02 32 33 58 51 snu27@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de l’Eure (27), tous droits réservés.