www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de l’Eure (27)

Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}

Documents joints


  • CR CHSCTA 3 mars
    PDF - 227.9 ko
    Télécharger

  • Communiqué de presse SNUipp-FSU
    PDF - 205.2 ko
    Télécharger

  • CHSCT 5 mars Corona Virus
    PDF - 74.7 ko
    Télécharger

  • message urgent à DASEN pour les équipes snuipp27
    PDF - 120.9 ko
    Télécharger

  • 1 CIRCULAIRE RECTRICE - Covid19 - Instructions dimanche 15 mars 2020 - 14h30
    PDF - 539.9 ko
    Télécharger

  • Questionnaire pour la reprise du 11 mai
    PDF - 499.5 ko
    Télécharger

  • Questionnaire pour la reprise du 11 mai
    PDF - 499.5 ko
    Télécharger

  • st_gl_29_04_20_cp_rentre_le_11_mai_cest_non
    PDF - 206.4 ko
    Télécharger

  • 27_04_2020_courrier_men_alerte_sociale_vincent_soetemont
    PDF - 375.6 ko
    Télécharger

  • Consignes du Comité Scintifique COVID-19 au 24 avril 2020
    PDF - 828 ko
    Télécharger

  • protocole-sanitaire-pour-la-reouverture-des-ecoles-maternelles-et-elementaires-1
    PDF - 465.3 ko
    Télécharger

  • Courrier SNUipp-FSU 27 11 Mai
    Zip - 1.1 Mo
    Télécharger

  • courrier 11 mai
    PDF - 578.5 ko
    Télécharger

  • CR CHSCTD 6 mai
    PDF - 227.5 ko
    Télécharger
30 avril 2020

Coronavirus - Mise à jour du 27 mai

Vous trouverez dans cet article tous les éléments de réponse, prises de position, communications et demandes faites du SNUipp-FSU 27.

Mise à jour du 28 mai : garde d’enfants toujours pas d’infos)

Bonjour à toutes et tous,

Vous êtes bien évidemment très nombreux.ses à vous interroger sur l’après 2 juin et la possibilité de maintenir le cadre du télétravail. Nous partageons vos interrogations.

Hier, a 17 h en audience, les services académiques n’étaient toujours pas informés des mesures qui seront prises suite au discours du ministre. Nous pouvons craindre un délai de retour trop tardif des services sur ce sujet (et sur beaucoup d’autres...) Le ministre fait des annonces le 28, les infos redescendent ensuite aux rectorats qui descendent les infos aux dsden qui descendent les infos aux circo qui descendent les infos aux écoles !!! Autant vous dire que le 2 juin ne sera pas un jour serein cadré de réponses aux questions des personnels.

Jusqu’alors, et contrairement ce qu’en tout le monde dit partout, les personnels de l’éducation nationale n’ont pas de priorité pour le retour de leurs enfants dans les écoles, le 20/05 le site du gouvernement a été mis à jour sans ajout des personnels de l’éducation nationale (https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/covid-19-garde-des-enfants-des-personnels-mobilises)

Le flou reste donc le plus total. Tant que les personnels de l’educ ne seront pas inscrits sur cette liste, ils auront le choix de remettre ou non leurs enfants a l´école.

Il est bien évident qu’au regard du contexte sanitaire qui semble prendre une tournure positive et de la nécessaire reprise économique, les personnels risquent d’être davantage sollicités ce mois de juin. La réouverture de tous les niveaux scolaires jusqu’à la 3ème vont générer des roulements dans les établissements et d’avantages d’élèves seront scolarisés dans le plus stricte respect du protocole.

N’hésitez pas à nous informer des difficultés que vous rencontrez à l’adresse snu27@snuipp.fr.

Nous essayons d’en vous accompagner au mieux dans cette période pas simple...

Bon courage à tous et toutes,

Adrien pour le SNUipp-FSU27

Mise à jour du 27 mai : Question du jour... (Que vous êtes logiquement très nombreux à nous poser)

Je reviens vers vous pour savoir si vous êtes informé des mesures à partir du 2 juin concernant la possibilité ou non de continuer de garder les enfants à la maison ?

Réponse du jour :

Ta question est encore partagée par tous !!! Et la réponse n’est toujours pas annoncée !!! Nous devrions avoir plus d’infos aujourd’hui... du gouvernement... qui donnera des infos au rectorat... qui donnera des infos aux dsden...qui donneront des infos aux circos...qui donneront des infos aux écoles... Voilà voilà... Nous sommes le 27/05, notre rectrice et IA ne savent donc rien... Nous non plus... Tout va bien ;-)

Mise à jour du 25 mai : Prime Covid... Pas si exceptionnelle...

Prime Covid... Pas si exceptionnelle...

Mise à jour du 19 mai : Compte-rendu du CHSCTD 27 extraordinaire Covid 19.

C’est ici

Mise à jour du 15 mai : CHSCT Départemental le lundi 18 mai : Collègue, donne-nous ton avis.

Covid19 : Collègue, donne-nous ton avis !

Mise à jour 11 mai : Réouverture des écoles et obligations des PE et AESH

Réouverture des écoles et obligations des PE et AESH

Mise à jour 10 mai : ASH/AESH : Questions à l’IEN ASH pour le 11 mai

Questions à l’IEN ASH pour le 11 mai

Mise à jour 07 mai : Garde d’enfants

URGENT : Garde d’enfants : les enseignant.es et les AESH ont le choix !

Suite à l’obtention des ASA pour la garde d’enfants des personnels lors du CTMEN du 6 mai 2020, le SNUipp-FSU a obtenu lors du CHSCT-MEN du 7 mai que les enseignant.es ainsi que les AESH soient traité.es comme tous les autres parents.

S’ils ne souhaitent pas remettre leurs enfants à l’école, les enseignant.es peuvent poursuivre l’enseignement à distance. Si le travail à distance n’est pas possible ils pourront obtenir des ASA. Ce cadre s’applique aussi aux AESH.

Cette situation est valable jusqu’au 31 mai et sera examinée à nouveau à l’aune des textes à paraître pour le 1er juin.

Suite à la demande de la FSU, un rappel du ministère en direction des DASEN sera fait pour l’application de cette règle dès cet après-midi. Nous vous invitons donc à faire référence aux décisions du CHSCT-MEN pour envoyer votre demande à votre IEN ou aux services qui gèrent votre dossier.

Mise à jour 06 mai : Compte rendu CHSCT Reprise du 11 mai

PDF - 227.5 ko
CR CHSCTD 6 mai

Mise à jour 05 mai : Fiches SST

Le Registre Santé et Sécurité au Travail, outre le droit d’alerte et droit de retrait, pourra s’évérer plus qu’utile dans les semaines à venir alors petit topo sur ce que c’est que , pour qui, quand et où le trouver ;)

Qu’est-ce qu’une fiche Registre Santé Sécurité au Travail (RSST) ?

La fiche du Registre santé sécurité au travail permet à toute personne travaillant dans l’école, ou fréquentant habituellement ou occasionnellement l’école, de signaler une situation qu’il considère comme anormale ou susceptible de porter atteinte soit à l’intégrité physique et la santé des personnes, soit à la sécurité des biens.

Pour qui ?

Tous les personnels et les usagers de la structure, sans exception.

Quand la compléter ?

Dès lors qu’un agent ou un usager observe : un évènement accidentel (accident de service, actes de violence...) des risques (électriques, sanitaires, psycho-sociaux...) des améliorations qui seraient à apporter pour les conditions de travail (locaux vétustes, chauffage insuffisant ou disproportionné, bruit...).

Le risque actuel serait un non respect ou une non applicabilité des consignes sanitaires. Cf outil Snuipp ci-dessous. Nous encourageons les collègues et usagers de l’école à se saisir de ce registre dès qu’ils constatent tout écart au protocole.

Où la trouver ?

Depuis cette année, le RSST est dématérialisé. Vous le trouverez en suivant le chemin suivant : portail métier -> Arena -> Intranet, référentiels et outils -> Registre Santé et Sécurité au Travail

Un affichage signalétique dans l’établissement doit indiquer le lieu du registre, qui est un document obligatoire dans tous les établissements.

Mise à jour 04 mai : Protocole de rentrée proposé par le SNUipp-FSU 27

http://27.snuipp.fr/spip.php ?article2716

Mise à jour 03 mai : Lettre ouverte au DASEN

PDF - 578.5 ko
courrier 11 mai

Mise à jour 02 mai : Réunion syndicale 11 MAI

Réunion d’informations syndicales spéciale crise sanitaire et 11 mai

Mise à jour 30 avril 14h00 : Protocole sanitaire

Protocole sanitaire : REOUVERTURE DES ECOLES MATERNELLES et ELEMENTAIREs

PDF - 465.3 ko
protocole-sanitaire-pour-la-reouverture-des-ecoles-maternelles-et-elementaires-1

Premières remarques à chaud :

- Ces mesures reposent sur le fait que nous n’aurions que des petits élèves calmes, obéissants et dociles…. on sait que ce n’est pas le cas. Donc se pose la question suivante : que fait l’enseignant qui n’arrive pas à faire appliquer ces mesures ?

- Il est noté qu’il faut réduire les effectifs présents et continuer en télé travail quand c’est possible...Donc question : qui travaille en présentiel et qui en distanciel ? Base du volontariat ??? cf dasen des Ardennes qui a acté le principe du volontariat.

- Il est noté que les collectivités territoriales et directeurs organisent conjointement la reprise et l’applicabilité des mesures...Ca ne répond pas à la question de la responsabilité...Qui est responsable de l’ouverture ou non d’un établissement ???

- Question du bionettoyage pluriquotidien...des équipes d’agents de nettoyage seront-ils présents dans les écoles toutes la journée pour assurer ce nettoyage ?

- Comment suivre les dispositions du protocole sanitaire ?

Il est illusoire de croire que les enseignants seront en permanence capables d’assimiler et de gérer toutes ces recommandations au quotidien dans un contexte réel de classe (même avec des élèves obéissants et attentifs).

L’observation du protocole sanitaire va requérir une vigilance de tous les instants reposant sur une unique personne. Cela représente une charge mentale considérable à laquelle il faudra ajouter la mise en place de nouvelles méthodes d’enseignement à adapter à ce contexte, des élèves déboussolés par l’inquiétude cet environnement nouveau, le sentiment d’insécurité et l’angoisse de l’enseignant et comme ça a l’air de se présenter pour certain.e.s collègues la gestion du reste de la classe en distanciel.

- Cette importante charge mentale ne doit-elle pas nous faire craindre pour les agents ?

L’ensemble des taches cumulées risque d’aller au-delà de ce qu’il est raisonnable de demander à une personne avec un risque d’épuisement professionnel à court terme voire de burn-out. On entre dans le champ des risques psychosociaux.

- Comment intégrer les dispositions du protocole sanitaire ? Comment les faire appliquer par les élèves ? Quelle formation ?

En page 9 du protocole, il est fait référence à la formation des enseignants et à l’organisation de la formation des élèves. Il est écrit que "les enseignants doivent être formés aux gestes barrière, aux règles de distanciation physique, au port du masque pour eux-mêmes et pour leurs élèves".

Pour l’heure, rien n’est prévu sur le plan de la formation des enseignants et il ne semble pas raisonnable de la part de l’administration de se reposer sur une autoformation des enseignants pour un sujet aussi sensible et pouvant être lourd de conséquences. On n’imagine pas telle situation à l’hôpital ou dans le privé quand des règles d’hygiène sont requises sur un poste de travail avec une prise de responsabilité.

- Que faire si de élèves présentant des signes de maladie arrivent à l’école ?

Dans le protocole sanitaire il est dit que c’est aux parents que revient la responsabilité de vérifier la température des enfants (<37,8°C) avant de les envoyer à l’école.

Que faire si des enfants malades arrivent à l’école ? Doit-on s’en remettre uniquement aux parents qui risquent d’être tentés (ou contraints) pour des raisons d’impératifs professionnels de mettre leurs enfants à l’école malgré une légère fièvre ?

- Que fait-on des enfants qui arriveraient à l’école quand même avec de la fièvre ou si celle ci se déclare dans la journée et que les parents sont dans l’impossibilité de venir les chercher ?

- Doit-on faire des mesures de température des élèves avant l’entrée à l’école ?

- Quel surplus de travail pour les enseignants ?

Dans la partie gestion de l’hygiène du matériel de classe, il est spécifié que tout matériel (EPS, arts, matériel didactique...) devra être nettoyé et désinfecté après utilisation et que les livres devront être laissés au repos 5 jours après utilisation.

On imagine facilement le surplus de charge de travail que va représenter la mise en œuvre de ces mesures pour les enseignants. En effet cette gestion n’incombe pas aux agents municipaux qui ont la charge de l’hygiène des locaux, elle va donc naturellement revenir aux enseignants (particulièrement en élémentaire, en maternelle ils pourront compter sur le concours de l’ATSEM).

Sauf à ne proposer que des fiches pour occuper les élèves, les enseignants vont vite se trouver submergés de tâches à accomplir.

Mise à jour 30 avril 11h00 : Tout savoir sur le droit de retrait !

Pour tout savoir, Cliquez ici

Mise à jour 30 avril 9h00 : le 11 mai, on fait comment ?

Le SNUipp-FSU a déposé une alerte sociale auprès du ministère le 27/04.

Plusieurs solutions sont donc envisagées :

- Le ministère répond et donne satisfaction à la demande des collègues... On ne reprend donc pas le 11 et un cadre "satisfaisant" est posé très certainement pour une reprise... en septembre.

- Le ministère s’adapte et propose une reprise physique pour les personnels volontaires, et pour les autres : télétravail. Cette solution pourrait permettre une reprise à partir du 11 si elle est accompagnée de mesures sanitaires strictes et applicables.

- Le ministère oblige les personnels à venir travailler, dans un contexte sanitaire non cadré et défini localement. (Cette fameuse confiance en les équipes et cette libre organisation évoquée par le premier ministre, synonyme de "démerdez-vous" !)

Dans ce dernier cas, le SNUipp-FSU27, et certainement l’ensemble des organisations syndicales, communiqueront massivement sur leur opposition à une reprise, en utilisant 2 modalités :

1) Le droit de retrait.

Pour exercer son droit de retrait, il faut informer et lancer individuellement une "alerte" auprès de son autorité administrative (inspecteur de l’éducation nationale ou chef d’établissement) ou d’un membre du CSHCT. Il s’agit donc d’une démarche individuelle et non collective, à utiliser en dernier recours, contrairement à ce que certaines organisations syndicales peuvent prôner.

Attention ! Ce droit de retrait concerne ’’tout danger susceptible de se réaliser brutalement dans un délai rapproché". C’est donc l’imminence de la réalisation du dommage et non celle de l’existence d’une menace qui est prise en compte. Ce qui n’est pas une mince affaire car il suffirait qu’aucun cas ne soit déclaré dans l’école du collègue l’ayant exercé pour que l’administration prouve juridiquement que son droit de retrait n’est pas valable, si les conditions sanitaires établies sont respectées. Les préconisations du conseil scientifique seront donc très certainement le repère sanitaire majeur. Si, localement, un personnel met en évidence que ce cadre n’est pas en vigueur (Ce qui veut dire qu’il devra être sur son lieu de travail pour le prouver), il pourra ainsi exercer son droit de retrait.

Nous accompagnerons tous les collègues dans ce cas et les informerons précisément sur la démarche à suivre lorsque le cadre général sanitaire sera établi (Jours qui viennent).

2) L’alerte sociale, qui fait office de préavis de grève du 11 mai au 4 juillet, permettra également en dernier lieu de ne pas venir travailler tout en restant dans un cadre légal de grève, qui n’offrirait pas la possibilité à l’administration de faire pression...

Toute l’équipe du SNUipp-FSU27, au regard de l’absence de réponse et de l’impréparation des autorités hiérarques (DASEN et préfet lors du CDEN du 29/04, Rectrice lors de l’audience FSU du 29/04), partage les inquiétudes et interrogations des collègues.

Toutes ces interrogations ont d’ailleurs été recensées dans un questionnaire exhaustif dont TOUTES les réponses sont attendues pour une éventuelle réouverture des écoles plus "sereine".

Mise à jour 29 avril : communiqué de presse le 11 mai c’est non !

Communiqué de presse du SNUipp-FSU 27 :

Communiqué de presse Le 11 mai ?

Dans la continuité du discours du 1er ministre devant l’Assemblée nationale, le ministre de l’Éducation nationale confirme l’impréparation du gouvernement sur un retour de l’école le 11 mai, une date qui n’est validée par aucune autorité médicale. Et ce serait donc aux enseignants et aux collectivités territoriales d’assumer les responsabilités renvoyées au niveau local sans aucun cadre sanitaire national strict. Lors du CDEN (comité départemental de l’Education Nationale), le Secrétaire général de la préfecture et M. l’Inspecteur d’académie n’ont apporté aucune garantie et ont refusé d’engager le dialogue avec les représentants des parents d’élèves et des personnels sur ces questions capitales qui suscitent colère et incompréhension aussi bien chez les parents que chez les personnels.

D’une manière générale les regroupements ne sont autorisés que jusqu’à 10 personnes sauf dans les classes où peuvent se trouver 15 élèves c’est à dire 16 voire 17 ou 18 personnes, avec l’enseignant et les autres adultes (ATSEM, AESH...) dans une salle de 50 mètres carrés. En Belgique la norme est précise, de nature à permettre de prendre des décisions : 4 m2 par élève et 8 m2 par adultes. Quelle est la nôtre ?

Alors qu’aucun protocole sanitaire n’a encore été présenté par le ministère, les enseignants devraient avoir prévenu toutes les familles le 4 mai des modalités de retour dans les écoles. Le ministre évoque une personnalisation du parcours de l’élève, alors que la fréquentation de l’école ne serait pas obligatoire, et que personne ne sait combien d’enseignants seront véritablement disponibles. Aucun pays en Europe ne traite le processus de déconfinement de l’école avec autant de légèreté. Enfin, si la santé est mise en avant, le gouvernement fait le choix de l’économie, les plus jeunes élèves retrouvant les premiers le chemin de l’école alors que la proximité y est plus grande et le respect des gestes barrières plus difficilement applicable. Sans compter que la différenciation territoriale entre départements “verts” et “rouges” ne serait pas prise en compte pour le 1er degré. Nous avons besoin d’un cadre national de réouverture des écoles validé par les autorités scientifiques et médicales. Nous avons besoin d’un temps long pour engager un travail entre les enseignants, les parents et les élus pour le décliner localement et le soumettre à l’approbation des conseils d’école. Ce sont ces conditions qui doivent prévaloir pour organiser la rentrée, aucune pression ne doit être exercée.

Le SNUipp-FSU a déposé une alerte sociale à compter du 11 mai et, afin d’éviter tout retour précipité, il accompagnera les enseignants et enseignantes sur les modalités d’usage du droit de retrait et du droit d’alerte.

Pour le SNUipp-FSU, l’école ne peut pas être le terrain de jeu du déconfinement.

Plusieurs solutions sont donc envisagées :

- Le ministère répond et donne satisfaction... On ne reprend donc pas le 11 et un cadre "satisfaisant" est posé très certainement pour une reprise... en septembre.

- Le ministère s’adapte et propose une reprise physique pour les personnels volontaires, et pour les autres : télétravail. Cette solution pourrait permettre une reprise à partir du 11 si elle est accompagnée de mesures sanitaires strictes.

- Le ministère oblige les personnels à venir travailler, dans un contexte sanitaire non cadré et défini localement. (Cette fameuse confiance en les équipes et cette libre organisation évoquée par le premier ministre, synonyme de "démerdez-vous" !)

Toute l’équipe du SNUipp-FSU27, au regard de l’absence de réponse et de l’impréparation des autorités hiérarques (DASEN et préfet lors du CDEN du 29/04, Rectrice lors de l’audience FSU du 29/04), partage les inquiétudes et interrogations des collègues.

Toutes ces interrogations ont d’ailleurs été recensées dans un questionnaire exhaustif dont TOUTES les réponses sont attendues pour une éventuelle réouverture des écoles plus "sereine".

Evreux, le 29 avril 2020

PDF - 206.4 ko
st_gl_29_04_20_cp_rentre_le_11_mai_cest_non

Mise à jour 28 avril : Clairement prématuré

Les annonces du Premier ministre n’ont pas rassuré. Sans tenir compte de l’avis du Conseil scientifique, le gouvernement envisage une rentrée progressive des écoles dès le 11 mai sur la base du volontariat des familles avec le seul maigre garde-fou sanitaire de masques pour les personnels. S’appuyer sur l’impératif de justice sociale alors que la continuité pédagogique prônée avec force par le ministre de l’Éducation nationale n’a fait que renforcer les inégalités scolaires relève du cynisme.

Avec des groupes de 15 élèves, alors que les rassemblements publics sont limités à 10 personnes, tout en poursuivant l’accueil légitime et solidaire des enfants des personnels soignants, les conditions de respect de la distanciation sociale ne seraient pas remplies.Et comment expliquer que ce sont les plus jeunes élèves qui retrouveront les premiers le chemin de l’école, si ce n’est pour satisfaire à la volonté de reprise de l’activité économique ? Pourtant seuls des impératifs de santé publique doivent guider le processus de déconfinement, global comme scolaire. Une réouverture, même progressive, des écoles dès le 11 mai est beaucoup trop prématurée et se heurterait au réel en termes d’équipement sanitaire, d’exiguïté de nombreuses salles de classes, d’inégale capacité de financement des communes, d’inconnues sur le nombre de personnels disponibles...

La réouverture des écoles ne peut se faire qu’en respectant une série de conditions clairement identifiées pour ne pas mettre pas en danger l’ensemble de la société en prenant le risque d’une seconde vague épidémique.

Le SNUipp-FSU exige donc l’élaboration d’un cadre national de réouverture des écoles, validé par les autorités scientifiques et médicales, pour engager ensuite un travail en prenant tout le temps nécessaire avec les enseignants, les parents et les élus pour le décliner localement et le soumettre à l’approbation des conseils d’école.Par ailleurs, le volontariat des familles est une annonce démagogique pour flatter l’opinion publique qui renvoie la responsabilité aux parents. Ce volontariat est un luxe que tous ne peuvent pas s’offrir. Et évoquer le volontariat sans préciser qui cela concerne rajoute de l’incertitude à l’inquiétude.

Le SNUipp-FSU s’oppose à cette décision précipitée qui fait prendre de graves risques en terme de santé publique. Il faut acter que les écoles ne seront pas prêtes le 11 mai et que la sortie du confinement scolaire nécessite du temps.

Le SNUipp-FSU a lancé une alerte sociale :

PDF - 375.6 ko
27_04_2020_courrier_men_alerte_sociale_vincent_soetemont

Mise à jour 27 avril :

Ce jour, le Snuipp-FSU27 a adressé à l’inspecteur d’académie un questionnaire exhaustif dont les réponses, qui suivront les annonces de demain du gouvernement, conditionneront notre positionnement. Compte tenu des propositions du conseil scientifique et de l’ordre des médecins (plus favorables à une reprise en septembre), il va de soi que si les mesures prises localement ne sont pas cohérentes avec ces propositions, nous appellerons les collègues à utiliser tous les moyens pour éviter une catastrophe sanitaire d’ampleur dans notre département, et plus largement dans notre pays.

PDF - 499.5 ko
Questionnaire pour la reprise du 11 mai

Mise à jour 25 avril :

Compte rendu conseil scientifique

PDF - 828 ko
Consignes du Comité Scintifique COVID-19 au 24 avril 2020

Mise à jour 14 avril :

11 Mai : Un retour à l’école qui soulève doutes et inquiétudes…

Mise à jour 03 avril :

Infos sur la paye et les questions ressources humaines : ici

Retrouvez la foire aux questions réalisée par le SNUipp-FSU ici

Mise à jour 02 Avril :

Une visioconférence des collègues du SNUIPP-FSU National avec la DGRH a été l’occasion de poser un certain nombre de questions à propos desquelles les collègues nous interrogent régulièrement.

Protection des personnels – accueil des enfants des personnels soignants

Les personnels accueillant les enfants des personnels soignants sont couverts quel que soit le temps d’accueil (scolaire et hors temps scolaire). En matière d’horaires, le cadre légal est celui du Code du travail (48h hebdo max et 10h / jour max). Il est question d’une indemnité identique à celle que Macron a promise aux salarié.es du privé et de la santé à savoir 1000 € par mois. La DGRH parle d’une indemnité doublée le dimanche, laissant à penser que l’indemnité sera journalière.

L’élargissement de l’accueil dans les écoles aux enfants des personnels de la police et de la gendarmerie est confirmé. Ces décisions sont prises par la Cellule interministérielle de crise puis le relais s’effectue via la cellule ministérielle vers les recteurs. Cela n’a pas d’incidence sur la taille des groupes d’élèves. Nous avons demandé une étude sur le nombre de groupes accueillis dans les écoles. Le ministère a bien la volonté de protéger les personnels et procède actuellement à une livraison progressive de masques dans toutes les écoles concernées par cet accueil.

La DGRH organise la remontée de chiffres pour faire un bilan des personnels touchés par le COvid-19. Actuellement les seules données connues sont celles du ministère de la santé. Il n’y a pas eu de réaction à notre intervention concernant la responsabilité des directrices en la matière et le secret médical.

Mise à jour 30 mars :

Et les personnels stagiaires ?

Lire notre article

Mise à jour 24 mars :

CARTE SCOLAIRE - COVID 19 : ne pas se tromper de combat !

Lire notre article.

Mise à jour 22 mars 19h00 :

Le SNUipp-FSU exige auprès du DASEN des protections et demande le report des instances.

A lire notre courrier ici

Mise à jour 20 mars 14h00 :

Accueil des enfants de soignants, continuité de la scolarité :

On fait le point avec vous dans cet article :

http://27.snuipp.fr/spip.php ?article2632

Mise à jour 19 mars 9h00 :

Cher.e collègue,

Certains d’entre vous nous ont contactés suite à l’abus de certains IEN dans l’organisation de l’accueil d’enfants de personnels non soignants ou dans le respect du principe de volontariat. Si vous êtes concerné.es par cette situation contactez nous de toute urgence. L’équipe du SNUipp FSU

Mise à jour 17 mars 13h00 :

Mail de Mme la Rectrice : INFOS IMPORTANTES

- Le télétravail est désormais généralisé et je vous demande de rester chez vous dans toute la mesure du possible à compter d’aujourd’hui midi.

- Je vous demande avec beaucoup de solennité de rester totalement engagés dans les missions de suivi des élèves et d’accueil des enfants de personnels soignants, de rester connectés à vos collègues, chefs d’établissements, directeurs, inspecteurs et surtout à vos élèves et à leurs familles.

Ce matin, trois mots doivent guider notre action :

- Protection : le travail à domicile est la règle, le travail en présentiel est l’exception. Je demande à tous les chefs d’établissement, directeurs d’école et personnels administratifs de n’appeler sur leur lieu de travail que les personnes indispensables à la réalisation des missions essentielles : accueil des enfants des personnels soignants, continuité pédagogique, salubrité et sécurité des établissements, maintenance des systèmes informatiques et de télécommunication.

- Solidarité : Nous organisons actuellement l’accueil des enfants des personnels de santé autour de pôles pour plus d’efficacité. Cet accueil doit s’inscrire dans la durée. Pour relayer, dans ces pôles, les personnels qui accueillent les enfants, je fais appel au volontariat des personnels de l’Éducation nationale. Je vous invite donc, si vous êtes volontaire, à vous faire connaître auprès du rectorat ou des inspections académiques en écrivant un message à l’adresse ce-cabinet@ac-normandie.fr en donnant vos coordonnées ainsi que la zone géographique de l’académie dans laquelle vous souhaitez participer à l’accueil.

- Continuité : au travers du travail à distance que vous effectuerez pour permettre la continuité administrative et pédagogique de l’École de la République.

Mise à jour 17 mars 10h00 :

M Le directeur académique,

Nous avons ce jour de nombreuses sollicitations de collègues qui s’interrogent sur l’organisation des permanences dans les écoles (Qui ?) et sur la scolarisation des enfants de soignants (Comme s’investir si on est volontaire ? Dans quelles écoles ? Quel roulement ?)

Il semble qu’un collège d’IEN ait eu lieu hier. Il nous semble primordial qu’une communication claire de votre part à tous les personnels informe des décisions prises lors de ce collège d’IEN et donne des réponses à toutes ces interrogations justifiées.

Vous remerciant par avance pour la prise en considération de cette demande.

L’équipe du SNUIPP-FSU27

Mise à jour 16 mars 10h00 :

Madame, Monsieur,

Suite aux annonces de ce week-end, la présence des AESH n’est plus requise dans les établissements scolaires jusqu’à nouvel ordre.

Il vous est donc instamment demandé de rester à votre domicile. Vous devrez néanmoins pouvoir être joint(e) en cas de besoin par les chefs d’établissement, les directeurs d’école et les enseignants dans le cadre de la continuité pédagogique.

Précisions importantes :

- Vous n’avez aucune démarche à effectuer : il n’est plus besoin de fournir de certificats médicaux ni de demande d’autorisation d’absence...

- Le fait que vous soyez obligé(e) de rester à votre domicile n’aura aucune incidence sur votre rémunération.

Cordialement

Le service PGASE

Mise à jour 16 mars 9h30 :

Vous trouverez ci-dessous le message envoyé aux chefs d’établissement ce matin (Second degré : SEGPA, ULIS collège, lycée, UPE2A...) :

Ce message a pour but de vous rappeler les deux principes contenus dans le message de Madame la Rectrice dimanche après-midi et à mettre en œuvre dès ce matin :

1) Accueil des enfants de personnels soignants par des professionnels volontaires.

2) Il n’y a plus obligation à installer un conseil pédagogique aujourd’hui. Depuis le discours du Premier ministre de samedi soir, l’objectif est le télétravail et limiter au maximum toute réunion et tout déplacement.

Mise à jour 16 mars 7h :

Je souhaite assurer la continuité pédagogique pour mes élèves, mais je dois aussi garder mes enfants ou je suis dans une situation de fragilité. Dois-je demander obligatoirement une Autorisation Spéciale d’Absence ?

Non, et encore moins maintenant que le télétravail est devenu la norme, en phase 3 de l’épidémie. Un enseignant qui assure la continuité pédagogique, mais qui ne peut assurer, pour les raisons indiquées ci-dessus, l’accueil des enfants des personnels soignant ne relève pas d’une ASA, puisqu’il assure son service à distance. C’est uniquement lorsqu’on n’est pas en mesure d’assurer sa mission de continuité pédagogique que l’on doit demander une ASA.

Mise à jour 15 Mars 20h :

Le principe du télétravail doit être privilégié pour tous les salariés et fonctionnaires.

Il est important de limiter au strict minimum les réunions conduites en présentiel.

Une équipe resserrée, constituée sur la base du volontariat autour du directeur d’école ou du chef d’établissement, veille à la mise en oeuvre de ces quatre missions.

PDF - 539.9 ko
1 CIRCULAIRE RECTRICE - Covid19 - Instructions dimanche 15 mars 2020 - 14h30

Mise à jour 15 mars - 11h

Le SNUipp-FSU 27 a envoyé ce matin un courrier au DASEN lui demandant de communiquer dans les plus brefs délais auprès des équipes afin de :
- mettre en œuvre la confiance tellement prônée jusqu’alors...
- communiquer sur le fait de ne venir dans les écoles que ci cela est strictement indispensable, cf FAQ valant circulaire.

Ci-joint le courrier envoyé ce matin :

PDF - 120.9 ko
message urgent à DASEN pour les équipes snuipp27

Mise à jour 14 mars - 21h

Le chef de l’État, a annoncé la fermeture des écoles partout en France à partir de lundi jusqu’à nouvel ordre, et au moins pour quinze jours selon le ministre de la santé. C’est une bonne décision et elle met fin à une période de mesures disparates sur le territoire. Dans le même temps il a loué dans son discours le système de santé français et affirmé l’importance de son système de protection sociale. Le SNUipp-FSU ne peut qu’y souscrire et saura lui rappeler quand il s’agira de le défendre et de le renforcer.

FAQ du ministère actualisée samedi 14 mars à 17h :

"En conséquence, l’ensemble des personnels des écoles et établissements scolaires ne sont pas tenus de rejoindre systématiquement à partir de lundi 16 mars leur lieu de travail :

- les équipes de direction et les personnels indispensables pour assurer la mise en place de la continuité administrative et pédagogique, le lien avec les familles et les élèves, l’accueil des enfants des personnels de santé sans solution alternative de garde, ainsi que les personnels en charge de la salubrité et de la sécurité des établissements doivent être physiquement présents.

- Les autres personnels doivent être invités à privilégier le télétravail.

- En tout état de cause, les personnels fragiles au regard de l’épidémie (liste disponible sur le site du gouvernement) doivent être invités à rester à leur domicile et donc à télé-travailler, dans la mesure du possible. "

https://www.education.gouv.fr/sites/default/files/2020-03/coronavirus-covid-19-questions-r-ponses-pour-les-familles-les-l-ves-et-les-personnels-d-ducation-52035_0.pdf

Courriers et questions envoyés au DASEN le 14 mars :

D’autres questions apparaissent suite à nos premiers échanges.

- Que se passe-t-il pour les enfants des sapeurs-pompiers ou des forces de l’ordre ? Un protocole comme les soignants est-il mis en place ?

- Le maintien des formations interroge de nombreux collègues.

M Lemercier,

Suite aux nombreuses sollicitations des collègues et dans le cadre de votre « communication coronavirus », vous avez demandé à tous les personnels d’être présents sur leur lieu de travail lundi (sauf cas particuliers... garde d’enfant et autres).

Nous tenons ce jour à vous alerter sur la contradiction entre cette décision et les directives ministérielles qui suggèrent davantage la mise en place du télétravail et insistent sur la seule nécessaire présence des personnels voués à maintenir la continuité administrative dans les établissements.

Dans certains d’entre eux, les personnels vont se retrouver nombreux dans des locaux réduits par la décontamination des bâtiments. Il nous semble primordial que ces directives ministérielles soient suivies pour des questions sanitaires que vous comprenez bien. La continuité pédagogique et la concertation qu’elle nécessite peut parfaitement être réfléchie et mise en place par moyen de télétravail. Une directive plus souple, proposant aux personnels de se rendre sur leur lieu de travail si nécessaire pour la mise en place de la continuité pédagogique nous semble bien plus adaptée.

Espérant très sincèrement que vous prendrez en considération cette interpellation qui vient, nous le savons, dans un contexte difficile d’adaptation à une situation de crise.

Cordialement,

Élise Brouard, Mathilde Marnière et Adrien Sauvage pour le SNUIPP-FSU27

Questions/réponses : le 13/03/2020 audience auprès du DASEN

Le SNUipp-FSU 27 ainsi que deux autres organisations syndicales ont été reçues à 17h par le DASEN, afin d’éclaircir "certains" points encore très flous !

Les collègues doivent-ils se rendre dans leur école lundi ?

Oui, afin d’organiser la continuité pédagogique et l’organisation des personnels. Un conseil d’IEN se réunira lundi après-midi à l’issu duquel découleront de nouvelles informations.

Une fois l’organisation pédagogique discutée en équipe et validée par l’IEN, les personnels pourront effectuer leurs missions en télé travail si cela est possible.

Il n’est pas question d’une présence en continu "comme d’habitude", cela n’a pas de sens. Chaque école doit réfléchir à sa propre organisation.

Pour le moment la communication de la rectrice et du DASEN indique une présence lundi des collègues. Cependant lors de l’audience, il a bien été précisé que c’était une mesure qui ne concernait que la journée de lundi et éventuellement mardi. Nous aurons de nouvelles consignes à la suite du conseil d’IEN pour préciser le télétravail et les autres mesures.

Les AESH, AED, services civiques doivent-ils se rendre dans leurs écoles et établissements ?

Oui, afin d’organiser la continuité pédagogique. Un AESH pourrait se voir confier une mission de suivi d’un élève (appel téléphonique régulier par exemple).

Les infirmières doivent-elles se rendre dans leur établissement lundi ?

Oui.

Que signifie "fermeture d’une école" ?

Cela signifie que l’école est fermée aux élèves mais une permanence d’enseignant(s) doit être organisée, au moins un par école (cf garde d’enfants de soignants). Quid d’un enseignant qui se retrouverait seul avec un seul élève ?

Les enseignants ont-ils le droit de s’absenter pour garder leurs propres enfants ?

Oui. Les personnels ont le droit de garder leurs enfants de moins de 16 ans (un seul parent par foyer). Pour cela, il faut envoyer une demande d’autorisation d’absence (formulaire habituel) accompagnée d’une lettre à destination du DASEN sous couvert de votre IEN. Les autorisations d’absence seront accordées si les conditions sont remplies. Le traitement sera maintenu sans jour de carence. Les primes REP et REP+ devraient également être maintenues, à confirmer (elles étaient maintenues lorsqu’il s’agissait d’une quatorzaine, le seront-elles aussi avec la dénomination "jusqu’à nouvel ordre" ?)

Tous les personnels devront-ils être présents dans leur établissement ou école tout le temps de la fermeture des écoles ou établissements ?

Non, dès lors que l’organisation aura été établie, un système de télé travail pourra être mis en place. Mais les écoles devront rester ouvertes afin d’accueillir les enfants des soignants. Il devra donc y avoir suffisamment d’enseignants pour les accueillir. Reste la question des écoles dans lesquelles tous les enseignants bénéficieront d’une autorisation d’absence spéciale pour garde d’enfant ??

Brigades : Où aller ? Que faire ?

Les brigades sur un remplacement long doivent se rendre dans l’école du remplacement long, les frais de déplacements sont maintenus.

Les brigades sur des remplacements courts, brigades sans mission et brigades stages doivent se rendre dans leur école de rattachement.

Cela est valable pour lundi et mardi.

FSTG : où aller ? quid des visites ?

Les FSTG doivent se rendre dans leur école de rattachement. Les visites sont suspendues. Il n’y aura pas d’incidence sur la titularisation.

Continuité pédagogique : De quoi parle-t-on ?

Il s’agit d’assurer un lien avec les élèves de la GS au CM2 au moins une fois par semaine : appel téléphonique, envoi de documents par mail, utilisation de plateforme d’échanges. Quid de l’injustice des collègues qui se retrouveront parfois seuls dans une école pour assurer la continuité pédagogique ? Le DAASEN a rappelé la nécessité d’être humble sur la mise en place de la continuité pédagogique et de l’enseignement à distance. Il ne s’agit pas de faire travailler les élèves 6 heures/ jour.

Les animations pédagogiques et formations sont-elles maintenues ?

Oui !

Incroyable mais vrai !!

Élections municipales qui se déroulent dans l’école. Quelles mesures contre la propagation du virus ?

Il faut se rapprocher des collectivités.

Enseignants exerçant dans des établissements gérés par l’ARS. Que faire ?

Comme ces établissement ne sont pas gérés par l’Éducation nationale, c’est à la direction de prendre la décision de la fermeture. Les enseignants qui y travaillent doivent s’y rendre dès lundi (présence d’enfants ou non) et peuvent bénéficier comme les autres d’une autorisation d’absence pour garde d’enfants.

Vendredi 13 mars matin

Mise à jour du 13 mars, suite au discours d’Emmanuel Macron : Nous n’avons à cette heure aucune information précise sur ce qu’il adviendra des collègues à partir de lundi. Pour avoir un aperçu de ce qui se fait dans l’Oise depuis 2 semaines maintenant, nous vous invitons à lire cette article sur leur site.

Nous mettrons à jour cet article avec les informations en temps réel et nous publierons dès que possible le fruit de nos échanges avec l’administration.

INFORMATION BRIGADE

Directives reçues de la DIPER concernant les collègues BD pour les journées de lundi et mardi.

BD Stage : Vous vous rendez dans votre école de rattachement.

BD circonscriptions :

* BD sur remplacement long : vous vous rendez dans l’école de votre remplacement long (frais de déplacement maintenus) * BD sans mission : vous vous rendez dans votre école de rattachement.

Un conseil d’IEN aura lieu en début de semaine, nous en saurons alors davantage pour les jours suivants.

Avant l’annonce des fermetures d’écoles

Un CHSCT Départemental exceptionnel CORONAVIRUS s’est tenu le jeudi 5 mars pour aborder la situation d’urgence dans laquelle le Corona Virus prend la place de protagoniste.

PDF - 74.7 ko
CHSCT 5 mars Corona Virus

Un CHSCT Académique s’est tenu le mardi 3 mars, ci-après le compte-rendu.

PDF - 227.9 ko
CR CHSCTA 3 mars

Pour aller plus loin :

Communique de presse du SNUipp-FSU : l’école bousculée :

PDF - 205.2 ko
Communiqué de presse SNUipp-FSU

La FSU informe sur les Mesures Coronavirus :

communication FSU

 

21 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 27 - 17 ter rue de la côte blanche - BP 611 - 27006 EVREUX cedex - tel. 02 32 33 58 51 snu27@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de l’Eure (27), tous droits réservés.