www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de l’Eure (27)

Vous êtes actuellement : Accès à la Hors Classe...Encore de nombreuses questions en suspens... 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
10 mai 2020

ASH/AESH : Questions à l’IEN ASH pour le 11 mai

Audience ASH M Hénon :

Interpellations de rentrée du 11 mai :

1) Sur le site du gouvernement, nous pouvons lire ceci : « Le port d’un masque grand public est préconisé dans certaines situations pour se protéger et protéger les autres. Il ne se substitue en aucune manière au respect des gestes barrières et des règles de distanciation sociale. » https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/masques-grand-public Dans votre communication aux personnels, vous reprenez le protocole sanitaire en ces termes : « Pour mémoire, le port d’un masque « grand public » est obligatoire dans toutes les situations où les règles de distanciation risquent de ne pas être respectées » Ces deux phrases ne sont pas contradictoires mais il semble qu’une mauvaise interprétation soit faite par l’éducation nationale depuis la retouche de dernière minute du protocole sanitaire. L’inquiétude qui en ressort est que l’on pourrait croire que le port du masque se substitue au respect de la distanciation sociale et que l’on permettrait aux AESH notamment de travailler comme à l’ordinaire si le port du masque est effectif. Or, ce n’est absolument pas le cas. Il manque tout un pan de communication sur la latitude laissée aux équipes lorsqu’elles évaluent qu’un enfant n’est pas en mesure de respecter les gestes barrière et de distanciation sociale ou lorsqu’un enfant ne les respecte pas délibérément. La priorité reste sanitaire et les personnels sont inquiets, particulièrement les AESH.

Réponse de M Hénon :

M Hénon admet une communication maladroite. Il informe que le masque sera à disposition pour tous les personnels, AESH compris. Le port du masque ne se substitue pas à la distanciation sociale. Les AESH exerceraient leurs missions à une distance supérieure à 1m. Il convient donc pour l’équipe de définir si il est dans l’intérêt de l’enfant de maintenir la scolarisation. Les équipes devront, en lien étroit avec les familles, évaluer les capacités de l’enfant concerné à respecter les gestes barrières. Si celui-ci n’est pas en capacité de respecter ces règles, la scolarisation ne sera pas possible. Le principe, c’est la protection des agents. (Valable également pour les enseignants spécialisés en ESMS… et transposable aux élèves dont le comportement poserait des difficultés aux équipe pour maintenir le respect du cadre sanitaire) Si conflit avec la famille, solliciter les Infirmières de l’EN et les IEN (Circo et ASH).

2) Il semble contraire au principe de confinement qui reste en vigueur et du respect des règles de distanciation de demander aux AESH et personnels dont les enfants auxquels ils sont rattachés sont absents de rester dans leur école de rattachement. Le mot d’ordre ne devrait-il être de demander aux personnels de rester chez eux et de poursuivre le télétravail avec les enfants qu’ils suivent habituellement ?

Réponse de M Hénon :

Gestion compliquée pour les AESH dont les élèves suivis habituellement ne seront présents : . Si AESH accepte en PIAL, elle peut accompagner un autre enfant. Dans le cadre de ses missions uniquement. . Pour les AESH hors PIAL : Pas de demande d’exercer dans d’autres écoles (Cadre légal des contrats). AESH en soutien aux équipes. Toujours dans le cadre de ses missions. Nous alertons sur les nombreuses difficultés que rencontrent les collègues. Difficultés de gestion affective d’enfants que l’on ne connaît pas, intégration dans une nouvelle équipe, prise de connaissance du protocole dans une nouvelle école, injonctions des équipes, multiplication du nombre de personnels dans les écoles ce qui est contraire aux règles du confinement toujours en vigueur… Cette situation manque de cadre et est intolérable. Les AESH ne peuvent reprendre sereinement dans ces conditions. M Henon va en référer à M Beaufils (IENA) et M Lemercier (DASEN).

3) Pouvez-vous éclaircir le positionnement des collègues de RASED pour la reprise du 11. Ils sont opposés et très inquiets au sujet d’une éventuelle utilisation en remplacement. De nombreux collègues sont volontaires pour se positionner en soutien des équipes et accompagner les familles et élèves dans le processus difficile de retour vers la classe. Cette difficulté est largement évoquée dans la circulaire de rentrée du 11 mai… Pourquoi ne pas utiliser les experts pour cette lourde tâche ?

Réponse de M Hénon :

Mise en place d’une cellule d’écoute : Possibilité pour les enseignants de RASED de prendre en charge cette cellule d’écoute (Psy et Maitre G). Les Maitres E se positionneraient en soutien aux équipes pour l’accompagnement des élèves et familles en difficulté. M Hénon tient à valoriser le travail des personnels de RASED et s’oppose à leur « utilisation » en remplacement. Les RASED peuvent s’organiser en interne pour la mise en place du soutien. Nous faisons donc à nouveau face à un déficit de clarté dans la communication. Les personnels de RASED doivent également bénéficier d’accompagnement et de consignes claires pour mettre à la disposition de tous leur expertise.

 

25 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 27 - 17 ter rue de la côte blanche - BP 611 - 27006 EVREUX cedex - tel. 02 32 33 58 51 snu27@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de l’Eure (27), tous droits réservés.