www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de l’Eure (27)

Vous êtes actuellement : Métier 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
15 décembre 2009

Evaluations : CE1 et CM2 2009/2010

Évaluations CE1 et CM2

La Direction générale de l’enseignement scolaire du ministère a apporté un certain nombre de précisions sur les évaluations 2009/2010.

Le calendrier a été rendu public :

CF document ci-dessous

Le SNUipp a exprimé le désaccord profond des enseignants sur ce nouveau protocole, dont certains éléments sont partagés par les sénateurs chargés de rendre un rapport sur ces nouvelles évaluations : • un bilan, avec une correction binaire, ne permet pas d’aider les élèves. • certains exercices ne sont pas appropriés au niveau des élèves et à la période de l’année. • compte tenu de l’objectif (mesurer l’efficacité du système) il n’est pas utile de les faire passer à tous les élèves. • la crainte de la publication des résultats par école, qui aurait des conséquences désastreuses.

Le ministère assure qu’il n’est pas question de publier d’autres résultats (école par école) que ce qui a été fait en 2009 et annonce des aménagements pour la session 2010 : • 2 items ne correspondant qu’à des compétences de fin de CM2 sont supprimés (plus-que-parfait et division par un décimal). • un code supplémentaire est proposé, pour la non réponse (donc 0, 1, 9 ou A pour absent). • l’application locale permettra un calcul pour chaque élève, prenant en compte le nombre réel d’items effectués ; elle permettra aussi la synthèse avec les différents champs en math et en français ; un repère de saut de page facilitera la saisie. • l’application nationale permettra aux équipes de circonscription de travailler sur chaque item, et non sur des résultats agrégés comme précédemment.

En français CM2 • renforcement de la rédaction par rapport à la copie et permettant d’évaluer la capacité à construire un texte narratif. • en orthographe, plus de poids à l’écriture ; différents niveaux de compétences pour le lexique et la syntaxe. • en vocabulaire, des modifications importantes, avec l’ajout de compétences : rédiger une définition et utiliser le dictionnaire.

En math CM2 • en grandeurs et mesures ainsi qu’en géométrie, les items sont indépendants les uns des autres. • les problèmes d’utilisation de données numériques sont revus.

Sur les autres points signalés, le ministère persiste : le codage binaire correspond aux objectifs de l’évaluation. Il ne permet pas d’aider l’élève, mais l’enseignant est capable de repérer ce qui pose problème ; en janvier, cela permet de mettre en place des actions de remédiation et de donner une image plus dynamique à l’entrée en 6ème, dans la mesure où des progrès ont pu être accomplis.

Le Secteur Educatif

Word - 29.5 ko

Evaluations « piloter avec de bons outils »

Entretien avec Jean-Claude Émin, ancien sous-directeurde l’évaluation à la DEPP, ancien secrétaire général du Haut conseil de l’évaluation de l’école. Co-auteur de « le pilotage par les résultats : un défi pour demain » Sceren

Un récent rapport des parlementaires a pointé les contradictions des objectifs donnés aux évaluations CE1 et CM2. Qu’en pensez-vous ?

Ce rapport a confirmé ce qu’avait dénoncé la communauté éducative l’an dernier. Ces évaluations ne renseignent efficacement, ni les enseignants sur les besoins de leurs élèves, ni le système éducatif sur ses problèmes et ses réussites. D’un côté, elles ne servent toujours pas au diagnostic des difficultés des élèves puisque le mode de correction proposé est binaire, sans nuance : c’est juste ou c’est faux. Un troisième codage pour absence de réponse introduit cette année ne règle pas le problème. Ce qui est utile aux enseignants, c’est de connaître les points forts et faibles de leurs élèves, la nature des erreurs qu’ils commettent. C’était l’objet des évaluations de CE2 et 6ème aujourd’hui disparues. De l’autre côté, ce n’est pas sérieux d’affirmer que les évaluations CM2 passées en janvier, six mois avant la fin du cycle III, permettent d’apprécier les acquis des élèves au regard des objectifs de la fin de ce même cycle. Pourtant le ministre affiche que ces résultats doivent aussi servir au pilotage de l’école ?

C’est bien le problème. L’école a effectivement besoin d’outils de pilotage. Pour cela, il est important d’avoir un bilan sérieux qui donne une image fidèle et précise du système éducatif. A contrario, des évaluations mal ficelées comme celles-ci peuvent produire des effets pervers. Les résultats de celles de cette année ne pourront pas vraiment être comparés à ceux de l’an dernier. Quels enseignements en tirera-t-on ? Surtout, si l’on en fait, comme en Angleterre, un instrument de sanction, les enseignants risquent de focaliser leur enseignement sur les tests au détriment des apprentissages. Attention à ne pas prendre n’importe quel indicateur avec le vrai résultat recherché. ! Si ces tests sont discutables, comment avoir un bilan de l’école ?

D’autres évaluations qui nous permettent d’apprécier les performances de notre école existent déjà. Au niveau international, c’est le cas de Pirls ou de Pisa qui nous confirment, par exemple, l’inefficacité du redoublement précoces et interrogent sur des points faibles de notre système éducatif. En France, c’est aussi le rôle de la DEPP qui mène, dans la durée, des enquêtes précises sur des échantillons d’élèves. Pour le coup, leurs objectifs sont clairs. Il s’agit d’évaluations-bilans qui éclairent le système éducatif sur ce que savent ou non les élèves au regard des exigences des programmes. Ces résultats mériteraient d’être mieux exploités par les responsables des politiques éducatives.

 

4 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 27 - 17 ter rue de la côte blanche - BP 611 - 27006 EVREUX cedex - tel. 02 32 33 58 51 snu27@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de l’Eure (27), tous droits réservés.