www.snuipp.fr

SNUipp-FSU de l’Eure (27)

Vous êtes actuellement : CARTE SCOLAIRE CTSD  / Carte scolaire  

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
21 février 2012

CDEN du 21 février

Déclaration préalable au CDEN

DECLARATION COMMUNE CDEN 21 FEVRIER 2012

Mr le Préfet, Pour la première fois dans cette instance,
- les représentants des élus locaux :
- les maires de Graveron-Sémerville (Mme CARRERE GODEBOUT), Miserey (Mme DAGOT-PETIT), La Bonneville/Iton (Mr BOUTELOUP),
- les conseillers généraux (Mrs FLAMBARD, PREVOST, RECHER, VOLPATTI),
- la conseillère régionale (Mme MAMMERI),
- les représentants des parents d’élèves de la FCPE,
- les représentants des personnels de l’Education Nationale de la FSU, de l’UNSA-Education et de la FNEC-FP-FO, ont décidé de s’adresser à vous de manière commune dans une déclaration liminaire. S’ils le font c’est qu’ils considèrent que la situation réelle de nos écoles et de nos collèges n’est pas prise en compte dans l’élaboration de la rentrée 2012. Cela est malheureusement récurrent et les conséquences néfastes tant sur les missions du service public que sur les conditions d‘études des élèves deviennent de plus en plus perceptibles et insupportables. Trois exemples :
- Dès le mois de septembre dernier des enseignants absents n’étaient pas remplacés dans les écoles (le même phénomène étant constaté dans les collèges) depuis, ces cas se multiplient et l’on nous propose aujourd’hui de supprimer 18 postes de remplaçants pour les écoles…
- L’aide personnalisée (imposée il y a 4 ans pour tenter de justifier la casse des Réseaux d’Aides (RASED)) prouve chaque jour son incapacité à répondre aux difficultés scolaires les plus lourdes des élèves. Comment nous faire croire que les élèves en difficulté seront mieux pris en charge lorsque l’on nous annonce la disparition de 9 postes de RASED ?
- Dans les collèges, des élèves pourraient se retrouver avec moins d’heures d’enseignement que ce que le Bulletin Officiel impose. La seule marge de manœuvre laissée aux établissements, par l’Inspection Académique, serait de ne pas appliquer les textes officiels : il faudrait ainsi choisir entre offrir aux élèves les cours auxquels ils ont droit ou de meilleures conditions d’études. Tout ceci est la conséquence inéluctable de dotations insuffisantes qui ne répondent pas aux besoins des élèves. Le seul objectif réellement poursuivi étant celui d’appliquer la règle dogmatique du « non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux ». Chacun en mesure de manière très concrète les effets. Le sort réservé à notre département est, à l’image de beaucoup d’autres, édifiant : 36 emplois supprimés dans les écoles qui attendent 420 élèves de plus ; 13 emplois supprimés dans les collèges alors que ce sont 300 collégiens supplémentaires qui sont prévus. Ces nouvelles suppressions viennent s’ajouter à celles, inadmissibles, de l’an dernier contre lesquelles nous nous étions déjà mobilisés. Nous réaffirmons solennellement en ce Conseil Départemental de l’Education Nationale notre exigence commune d’annulation de toutes les suppressions d’emplois prévues dans l’actuelle carte scolaire. Cette mesure est la seule qui puisse permettre de ne pas diminuer les chances de réussite scolaire des élèves de l’Eure, particulièrement des plus fragiles : c’est la réussite scolaire qui doit conditionner toutes les mesures à prendre pour la rentrée prochaine. Si les écoles, collèges et lycées de notre département attendent des moyens pour répondre aux besoins des élèves, aux demandes des personnels et aux attentes des parents d’élèves, il y a aussi la nécessité d’une réelle ambition nationale pour l’Ecole publique et laïque. Force est de constater que celle-ci fait cruellement défaut ! De la laïcité attaquée lors du sinistre discours du Latran, au sabordage de la formation professionnelle des enseignants, à la dégradation des conditions de travail des enseignants et des élèves, en passant par la réduction systématique du temps scolaire (des écoles jusqu’aux lycées professionnels) les indicateurs sont nombreux pour montrer que l’Ecole publique et laïque est en voie de désintégration avancée. Tout est fait pour réduire sa capacité à assurer ses missions. L’Ecole, en France et particulièrement dans l’Eure, a devant elle un double défi :
-  venir à bout de l’échec scolaire, avec notamment la fin des sorties sans qualification,
-  augmenter le nombre de ses diplômés : il manque 50.000 diplômés par an pour atteindre l’objectif européen d’un jeune sur deux diplômés de l’enseignement supérieur. Pour relever ce défi il faut plus et mieux d’Ecole, de la maternelle jusqu’au supérieur. Une Ecole publique et laïque qui se donne l’objectif (et les moyens nécessaires pour cela) de donner à tous les jeunes l’opportunité de réussir leur scolarité : ce n’est pas la voie actuellement suivie, c’est pourquoi nous la combattons ! Les signataires de cette déclaration considèrent urgent de stopper le rouleau compresseur des régressions. Ils exigent pour cela :
-  l’annulation des suppressions d’emplois,
-  une réelle ambition et les moyens nécessaires pour le service public d’éducation nationale. Alors qu’une formation initiale la plus poussée et réussie possible est un outil indispensable pour s’insérer et vivre dans notre société, il nous est intolérable de voir hypothéquer l’avenir des jeunes. Investir dans l’Education c’est, tout à la fois, faire vivre un droit fondamental et aller dans le sens de l’Histoire.

VŒU PROPOSE AU CDEN DU 21 FEVRIER 2012

Le Conseil Départemental de l’Education Nationale considère urgent de stopper le rouleau compresseur des régressions. Il exige pour cela :
-  l’annulation des suppressions d’emplois,
-  une réelle ambition et les moyens nécessaires pour le service public d’éducation nationale. Alors qu’une formation initiale la plus poussée et réussie possible est un outil indispensable pour s’insérer et vivre dans notre société, le CDEN estime intolérable de voir hypothéquer l’avenir des jeunes. Investir dans l’Education c’est, tout à la fois, faire vivre un droit fondamental et aller dans le sens de l’Histoire.

 

11 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 27 - 17 ter rue de la côte blanche - BP 611 - 27006 EVREUX cedex - tel. 02 32 33 58 51 snu27@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU de l’Eure (27), tous droits réservés.